Actions et Activités

Actions Les actions menées par Un Monde Avenir se sont appuyées sur trois points essentiels qui constituent le leitmotiv de ses activités. Ces axes clés sont :-...

Cérémonie du SCHOLARSHIP 2017

L'ONG un monde avenir fidèle à sa tradition depuis plus d'une décénie a organisé le vendredi 25 août 2017

Visite du Consul des Etats Unis d'Amérique, au...

Journée internationale: Regards croisés des jeunes sur...

A l’occasion de la célébration de la 34e édition de la journée internationale de la jeunesse, L’Ong Un Monde...
Read more

Lettre ouverte au Président de la République

Excellence Monsieur le Président, Le 13 Juin 2018, vous avez adressé deux courriers à l’Assemblée...
Read more

Droit de l’homme : Mamadou Yakouba Mota victime de...

Cinq jours après son enlèvement de la prison centrale de Yaoundé, les avocats du collectif pour le Mrc ...
Read more

NECROLOGIE : Jean Baptiste Sipa… le Baobab est tombé

  L’un des précurseurs de la presse privée au Cameroun, qui a tout donné au journalisme, s’en est...
Read more

Crise anglophone. Les négociations suisses !

La Suisse est désormais au centre des discussions au Cameroun. D’abord parce qu’elle a longtemps été...
Read more

Manifestations publiques : les marches blanches et les...

En 1925, l’écrivain allemand Franz Kafka publiait un roman intitulé Le Procès. Originellement écrit en allemand,...
Read more
Load More

A l’occasion de la célébration de la 34e édition de la journée internationale de la jeunesse, L’Ong Un Monde Avenir questionne les raisons de la non-participation des jeunes au processus politique.

 

L’Organisation Non Gouvernementale militant pour la démocratie et les droits de l’homme au Cameroun, a  tenu ce 10 août 2019 à Douala la 2e édition du « Forum Jeune et Citoyen.» Plus de quatre-vingt-dix jeunes leaders associatifs et politiques venus des six (6) régions (Littoral, Centre, Nord-ouest, Sud-Ouest,  du triangle national ont pris part à cette assise, dans le but d’apprendre  et  de partager leurs expériences. Au cœur du débat, «regard croisé des jeunes sur les processus politiques.» Une thématique visant à susciter un engagement et une participation massive des jeunes aux processus électoraux. Pour des jeunes du Littoral comme ceux d’ailleurs, les difficultés d’engagement politique sont identiques.

 « Le contexte politique est conflictogène, nous  manquons  de culture politique, de  ressources financière, pour pouvoir nous engager. Nos textes et lois constituent également un frein à notre engagement politique car ils sont parfois restreints à une catégorie de personnes », semble être l’idée la plus partagée  par les participants. Ces derniers estiment ne pas être assez pris en compte dans les instances de prises de décision pourtant ils représentent  plus de 70% de la population camerounaise. Les jeunes disent  représenter une masse critique assez forte pour prendre les règnes du pays car c’est à cet âge que nos dirigeants actuels ont accédé au gouvernement. Même si depuis longtemps ils ont été mis à l’écart avec le fameux dicton « l’école aux écoliers la politique au politiciens »

 En plus des raisons sus évoquées,  les jeunes ont également mentionné  le manque de confiance au système électoral comme étant un frein à leur engagement. Une enquête effectuée par Un Monde Avenir auprès des jeunes du département du Wouri en mai et juin 2019 sur la participation électorale  des jeunes  vient d’ailleurs confirmer  cette pensée des jeunes. Ils ont au cours de cette assise déclaré ne plus avoir confiance aux partis politiques d’opposition qui pour eux, manquent de stratégies efficaces pour combattre le  système répressif de Yaoundé.  

Selon Michel Abe coordinatrice national de la plateforme indépendante des jeunes pour la  démocratie et la citoyenneté active (pijedeca) et paneliste à cette activité, les jeunes doivent s’engager par tous les moyens s’ils veulent que ça change. « Les partis politiques que ce soit de l’opposition ou de la majorité, sont à l’image de la société camerounaise rien ne marche et le code électoral camerounais ne prévoit pas de candidature indépendante pour les municipales. »    

 Ce problème  intervient au moment où les citoyens camerounais  s’apprêtent à participer aux élections locales et souhaiteraient être des candidats aux municipalités. Cette contrainte du législateur qui demande à être investi par un parti politique contribue à l’abstention de plusieurs jeunes. Michel Abe estime que «  les jeunes n’ont plus autres choix que de s’investir dans les partis politiques ou de se mobiliser pour le changement du code électoral.